Cinq livres qui la définissent

  • Coraline vient d'emménager dans une étrange maison et, comme ses parents n'ont pas le temps de s'occuper d'elle, elle décide d'explorer ce nouveau lieu. Ouvrant une porte condamnée, elle pénètre dans un appartement pratiquement identique au sien, où vivent ses « autres parents », copie conforme de ses vrais parents, mais qui ont des boutons cousus à la place des yeux. Aimables, séducteurs, ils veulent convaincre Coraline de rester pour toujours avec eux. La petite fille réussit à s'enfuir et à rentrer chez elle, mais découvre que ses vrais parents ont disparu. Elle retourne alors les sauver des griffes de ses « autres parents », aidée par un chat noir...

  • Un lion, qui s'ennuie dans sa savane, part pour Paris. Il souhaite y trouver un travail, un amour, un avenir. Cela ne sera pas si simple : lui qui pensait...

  • Voici mon histoire en quelques mots. Je ne quitte jamais mon arbre. C'est beaucoup trop risqué ! Je pourrais être attaqué par des microbes, des orties ou des requins. Si un danser se présente, je suis prêt j'ai un parachute, un savon antiseptique, des pansements... Mais, un jour, ma vie bascule. Vais-je survivre à cette épreuve ? Pour le savoir, il faut lire ma folle aventure ! Attention cette histoire n'est pas pour les extraterrestres.

  • Alphonse Cagibi a fait une drôle de trouvaille : une graine de cabane ! Parti faire le tour de la terre, il nous rapporte, dans son carnet de voyage, autant de cabanes les plus extraordinaires qu'il soit : la cabine de douche, la cabane russe, la cabane du fond du jardin, la yourte mongole.

  • Nous voici retournés au beau pays de Jacominus Gainsborough.
    Il a donné rendez-vous à Douce à midi pile, car il va s'embarquer et il a quelque chose de très important à lui dire...

    Viendra-t-elle ? Et arrivera-t-elle à temps ?
    En attendant, il l'imagine : il voit avec ses yeux, entend avec ses oreilles...

    Le lecteur « traverse » presque physiquement ce livre d'artiste aux pages finement découpées : il est à la fois dans la tête de Jacominus, ce petit lapin à l'âme sensible si humain, dont il partage les doutes et les élans - et dans la peau de Douce, qui s'avance vers lui. Les tableaux se succèdent, tandis que l'impatience de Jacominus grandit : on suit le chemin de l'aimée qui se met en route, on « traverse » le verger, les faubourgs, la place du marché... comme si l'on marchait avec elle.
    Et c'est toujours avec Douce qu'on parcourt les derniers mètres sur le port et qu'on aperçoit enfin, sur le pont d'un bateau en partance, la petite silhouette de Jacominus Gainsborough...

empty