Anaïs Brunet

  • Belle maison

    Anaïs Brunet

    L'e´te´ est la`. La narratrice, somnolante, est soudain re´veille´e par le bruit d'une cle´ fourrageant dans sa serrure : ses chers enfants sont revenus ! Comme on le de´couvre aussito^t, cet e^tre sensible, impatient des jeux qui s'annoncent, est une maison de famille au charme suranne´, e´difie´e au bord de la mer. Doue´e de raison et de la force d'aimer, elle vibre et s'e´merveille - sans toutefois pouvoir dialoguer pour de bon avec les enfants.

    Telle une grand-me`re bienveillante, elle les suit (et nous avec elle) tandis qu'ils courent de pie`ce en pie`ce, e´claboussant de vie et de lumie`re les objets endormis, elle s'attendrit lorsqu'ils retrouvent leurs jeux et leurs livres de l'anne´e passe´e, s'attriste lorsqu'ils s'appre^tent de´ja` a` filer a` la plage.

    Immobilise´e de force par ses fondations, la vieille demeure ne peut qu'imaginer la suite : mais elle de´crypte les signaux de la Tour carre´e sa voisine qui, depuis l'i^lot d'en face, les suit a` son tour avec curiosite´. Et au retour de la plage, a` l'heure du coucher, Belle Maison pourra de nouveau entourer ses enfants che´ris de son amour protecteur... et e´ternel !

  • L'ours Sacha s'intéresse au miel. Banal. Moins banal et plus malin, il s'intéresse aussi aux abeilles. Car manger du miel sans se faire piquer, quel régal ce serait... L'impossible reste donc à accomplir : devenir ami avec les abeilles.
    Ayant remarqué leur ballet, Sacha se met en tête d'apprendre à danser. L'abeille lui offre un premier conseil : Garde en tête ta chanson préférée et chante-la souvent ! Le papillon prend la suite, et voilà Sacha entraîné dans une quête itinérante et initiatique, qui le mènera de façon inattendue à son pot de miel.

  • Simone est morte d'un arrêt du coeur, et Simon, lui, a beaucoup de mal depuis avec son coeur en peine. Entre eux, il y avait une amitié folle, malgré les années. Un amour sans limite et une théière rouge remplie de voeux écrits.
    Un jour, Simon décide, pour se consoler, de récupérer la théière chez Simone. Il veut lire tous les secrets. Simon ne sait pas encore qu'un grand et beau mystère l'attend.

  • Ce grand poulpe-là a une sacrée personnalité. Ou plutôt, il en a huit, autant que de tentacules. Le premier, amoureux d'une femme-homard aux longs cheveux noirs flottant dans l'onde, a le coeur tendre. Le deuxième, le plus gourmand, est le pourvoyeur de nourriture, le troisième et le quatrième sont les bâtisseurs, le sixième, l'artiste collectionneur, etc.

    Mais le huitième, lui, semble ne servir à rien...

    Qui est-il ? D'ailleurs, quand une terrible murène dévore ce tentacule inutile, le grand pouple se dit que c'est peu de chose. Et pourtant... il se sent bancal.

    Le dernier bras repoussera. Tout de travers, certes, mais rétablissant l'équilibre. Et le grand poulpe saura : ce bras-là est le plus tenace, le résilient, celui qui montre qu'on peut réparer les malheurs.

  • Neige Nouv.

empty