Loo Hui Phang

  • Black-out

    ,

    Maximus Wild connut son heure de gloire dans le Hollywood des années 1940-50. Métis de descendance noire, chinoise et amérindienne, il fut « l'acteur aux mille visages », interprétant essentiellement des rôles « ethniques » : chef indien, révolutionnaire mexicain, dandy oriental...

    Véritable relecture du mythe du cinéma américain par le prisme des minorités, Maximus Wyld donne à voir la dimension politique et sociale des productions hollywoodiennes.

  • Texas, 1872. Oscar Forrest, photographe, répertorie les paysages de l'Ouest pour le compte du géologue Stingley. Entre Oscar et Milton, jeune garçon à tout faire du groupe, s'installe une relation ambiguë. ... Alors qu'autour de l'expédition, rôdent un inquiétant homme en noir et un Indien mutique. Stingley a conduit la mission aux portes d'une région hostile, dernier bastion de résistance des redoutables Comanches. Sur cette frontière lointaine, les limites entre civilisation et sauvagerie s'estompent. Un western intense où la Nature révèle les secrets les plus troubles.

    1 autre édition :

  • L'imprudence

    Hui-Phang Loo

    Une jeune femme photographe qui vit à l'instinct, dans l'urgence de ses projets, de ses désirs, retourne dans son Laos natal pour l'enterrement de sa grand-mère. En compagnie de sa mère et de son frère aîné brisé par l'exil, en retrouvant son grand-père, elle réapprend ce qu'elle est, comprend d'où elle vient et les différentes ardeurs qui la travaillent, qui l'animent. Un premier roman audacieux, sensuel et délicat qui révèle le corps comme seul territoire de liberté.

  • Au fond de la fosse 9 et 9 bis, Orféo, un jeune mineur, s'apprête à remonter par la cage d'ascenseur Pigeon, un vieux cheval qui travaillait au fond de la mine depuis des années. Mais au lieu de remonter dans le bâtiment minier qui surplombe la fosse, ils se retrouvent devant une structure en verre : le musée du Louvre Lens, vide de tout visiteur.
    Par quel mystère ont-ils traversé le temps ? On n'en saura rien. Mais, frappé par la beauté du lieu et des oeuvres exposées, en partie pour calmer Pigeon, dont les yeux ont été bandés pour le protéger de la lumière du jour, Orféo parcourt le musée et lui décrit à l'oreille ce qu'il voit.
    Dans cette atmosphère irréelle, leur chemin va croiser des oeuvres d'époques très lointaines et très différentes qui vont. s'animer sur leur passage et dialoguer avec Orféo.
    Et ce dialogue à travers le temps entre les chefs d'oeuvre du musée et le jeune mineur raconte l'histoire des hommes, de leurs guerres, de leurs souffrances, de leur grandeur.
    Un lien intime se tisse entre le courage évoqué dans les scènes épiques des oeuvres exposées dans le musée et celui des générations qui ont sacrifié leurs vies au labeur ou à la guerre. Car l'humain est coeur de l'histoire, qu'il s'agisse de l'histoire des guerres ou de l'histoire de l'art.

  • Paul Forvolino est un chercheur qui végète dans un grand laboratoire. Il travaille trop, sans la moindre reconnaissance, néglige sa famille, ses amis. Jusqu'au jour où une expérience sur un lichen tourne mal et le contamine. Progressivement, le parasite prend le contrôle, le transforme. Ce qui semble d'abord être une bénédiction devient vite la ruine de sa vie sociale.

    Loo Hui Phang, scénariste, réalisatrice et artiste contemporaine, dénonce l'aliénation des sociétés contemporaines ; Hugues Micol utilise une palette rugueuse, qui évoque autant Der Blaue Reiter que Swamp Thing. Avant Vivès, Ruppert et Mulot, les auteurs croisent les mythes de la pop culture avec une critique acide de la société.

    L'album, précédemment paru dans la collection "Expresso" des Éditions Dupuis, avait été sélectionné avec pertinence au Festival d'Angoulême 2006. Une nouvelle édition dans le label de prestige "Aire Libre" lui offre une nouvelle vie... Les héros ne meurent jamais !

  • Au lendemain de la guerre 14-18, un ancien soldat allemand, Werner, erre quelque part en Indochine. De la guerre il garde une blessure à la poitrine, sur le coeur. Un camarade, Georg, l'a sauvé d'un tir ennemi et est mort à sa place. Werner garde un sentiment de culpabilité prégnant de cet épisode. Son camarade avait femme et enfants. Il pense qu'il ne pourra racheter ce sacrifice que s'il parvient à trouver l'amour et fonder un foyer.
    Dans l'Indochine française, il est surtout un paria rejeté des colons. Il vit de menus travaux. C'est un marginal. Il fuit les grandes villes où il ne parvient pas à trouver de travail stable, et échoue dans une petite ville du Laos, Savannakhet.
    /> Il trouve refuge dans une énorme manufacture qui ressemble à une forteresse de style chinois. Son activité est obscure. Des matériaux entrent dans l'enceinte, des objets en sortent, une armée d'employés s'active. Ils sont étranges, vieux, gris, mutiques. Il est chargé de charger et de décharger les colis. Dans la ville, tout le monde craint la famille chinoise propriétaire de la manufacture. Des histoires courent à son propos. On dit qu'elle est maudite, prisonnière d'un mal tout-puissant. Les maîtres auraient une fille unique, atteinte d'une maladie rare qui lui interdit de s'exposer à la lumière du jour. La jeune fille ne sortirait de sa chambre qu'à la nuit tombée pour se promener au bord de l'étang, dans la cour intérieure. Pour vérifier ces rumeurs, Werner se cache dans le jardin et attend la nuit.

  • La crise a dévasté le pays.
    Les usines ont fermé, les unes après les autres. Les loyers impayés se soldent par des expulsions. Les files d'attente aux soupes populaires s'allongent sans cesse. jusqu'au jour où elles ferment aussi faute d'argent. La famine s'installe dans le pays.
    Les enfants errent dans les rues, à la recherche de nourriture. Bientôt, de nombreux parents songent à tuer leurs enfants pour leur épargner les affres de la faim. Les rues se dépeuplent et les enfants en sursis commencent à comprendre. Une vingtaine d'entre eux s'enfuient dans la forêt pour éviter la mort.
    Menés par Jonas, 15 ans, ils décident de partir à l'aventure. Commence alors un périple éprouvant, une odyssée où ces enfants iront jusqu'au bout d'eux-mêmes...

  • Il est des évènements familiaux qui se muent en secrets et continuent de hanter les vivants, d'opérer dans l'ombre leur travail de destruction. La tragédie est un héritage invisible. À travers Louis, est décrite la sourde angoisse engendrée par le secret.

    Louis a huit ans. Il vit avec sa mère, Laurence, dans une morne banlieue normande, au début des années quatrevingt.
    Enfant solitaire et contemplatif, Louis traîne sa différence comme un étrange fardeau : il est le seul Eurasien de son école, il ne connaît pas son père.
    Revêtant divers visages dans les rêveries de Louis, celui du héros ou celui de l'assassin, ce dernier reste une énigme entêtante. Laurence, tourmentée par cette séparation, élude toute conversation à ce sujet. Pour tromper la solitude de son fils, elle lui offre un canari. Peu à peu, un lien intime et secret se tisse entre l'enfant et l'oiseau. Car Louis est persuadé que l'oiseau les surveille, lui et sa mère, et qu'il connaît tous les secrets de la maison..

  • L'oiseau de Louis est mort.
    Mais il vit dans les rêves éveillés, les cauchemars ou les fantasmes de l'enfant. À la fois protecteur et guide, l'oiseau, devenu énorme et décharné, conduit Louis sur une terre de cendres, désolée et morbide. Il faut y voir, bien sûr, le lieu métaphorique du génocide cambodgien, cette terre ravagée par les Khmers rouges, qui déportèrent et assassinèrent 1,7 millions de personnes entre 1975 et 1979. L'oiseau apprendra à Louis que son père n'était pas un tueur, comme il le craignait, mais bien une victime de la folie meurtrière des Khmers rouges. Louis, peu à peu, avec l'aide de l'oiseau, esquisse le portrait jusqu'alors vide de son père, l'homme que sa mère aima, jusqu'à la douleur...

  • Paul Forvolino est un chercheur médiocre. Sa spécialité, ce sont les lichens, ces végétaux qui résultent de la symbiose entre un champignon et une algue, leurs propriétés se combinant en un végétal plus fort, plus résistant que la simple somme de leurs particularités. Sa vie privée est ordinaire. Il est marié, a une petite fille qu'il ne voit guère car il passe l'essentiel de son temps au travail. Sa vie de couple est morne. Il est mal dans sa peau et son quotidien l'étouffe un peu plus chaque jour. Par mégarde, il renverse le contenu d'une éprouvette sur son bras. Une métamorphose étonnante s'opère alors peu à peu : son physique se fait plus attractif, sa force est décuplée, ses sensations aussi. Sa femme est aux anges, et ses amis ravis. Cette nouvelle nature qui prend possession de lui le comblera-t-elle oe

empty