Valerio Evangelisti

  • Briseurs de grève

    Valerio Evangelisti

    Bob Coates est un sale type. Fils du peuple, bigot, sexiste et raciste, il aime l'ordre et l'autorité.
    En cette année 1877 qui marque le début du récit, son pays est en proie à l'agitation ouvrière. Cet Américain moyen choisit de se ranger du côté du manche, il devient un nervi au service de la fameuse agence Pinkerton, qui donnera plus tard naissance à la CIA.
    Pendant cinquante ans, l'homme infiltre des luttes, attise les tensions internes, passe à tabac les grévistes, nulle abjection ne l'arrête.
    Dans ce roman inspiré de faits réels, troisième volet de la trilogie américaine (après Anthraciteet Nous ne sommes rien soyons tout), Valerio Evangelisti donne à voir les heurs et malheurs de la classe ouvrière américaine organisée du début du siècle XX.

  • Comme toutes les aventures de l'inquisiteur, les fils narratifs s'entrelacent habilement à travers trois périodes pour constituer une même trame par-delà les siècles.
    1378. Évadé de la prison dans laquelle le roi d'Aragon l'avait fait enfermer, Eymerich arrive à Rome, où le pape Grégoire XI a transféré le siège pontifical. Grégoire est en train de mourir et la discorde qui aboutira au Grand Schisme d'Occident s'installe autour de lui. L'inquisiteur se rend compte que les querelles entre cardinaux cachent tout autre chose :
    Un culte païen oublié est sorti de l'oubli et a contaminé le haut clergé.
    À une époque plus proche de la nôtre, dans le futur, la République libertaire de Catalogne est le seul État européen resté neutre dans un conflit mondial dévastateur. Le physicien Marcus Frullifer et ses théories capables de bouleverser notre notion de temps y trouvent refuge. La Catalogne n'est pas l'État parfait qu'il imaginait, mais il parvient quand même à construire l'astronef Malpertuis, mû par des forces psychiques - qui apparaît dans le premier roman du cycle (Nicolas Eymerich, inquisiteur).
    Dans un futur lointain, sur une autre planète, l'humanité évolue vers quelque chose d'autre. Elle franchit les limites physiques établies dans le passé et s'approche du point Oméga, l'extrémité de l'univers imaginée entre autres par le jésuite Teilhard de Chardin. Un mystérieux Magister régule le dernier soupir du genre humain. Mais est-ce vraiment le dernier, dans un cosmos spiraliforme ?
    Une conclusion astronomique des aventures de cet inquisiteur honni, dans laquelle N. Eymerich rencontre son fantôme, son double, ou une autre version de lui-même.
    La série de l'inquisiteur Eymerich, au retentissement colossal en Italie, achève ici le cercle tracé autour de son héros, tel un ouroboros, symbole de l'éternel retour.

  • Dans l'amérique troublée des années vingt, s'est développé un puissant mouvement syndical.
    Eddie Lombardo, jeune italo-américain d'abord tenté par le proxénétisme, entame une carrière de mouchard au service du patronat, désireux de conserver le contrôle des docks. Violent, totalement dépourvu de morale, Eddie - qui se fait appeler florio pour rompre avec sa famille " communiste " - gravit rapidement les échelons. Maître ès chantage et extorsion, aussi doué pour déclencher une grève que pour y mettre fin, il n'hésite jamais à rendre " service " à ses puissants protecteurs mafieux, qui détournent à leur profit les luttes sociales.
    Mais avec la guerre, l'amérique change, et le syndicat du crime avec elle. Eddie a beau avoir passé sa vie à étouffer les " rouges ", le délire maccarthyste ne le sert pas. Devenu encombrant, il perd la confiance des parrains. Or dans ce monde-là, il ne faut jamais se retrouver seul...

  • Nicolas Eymerich est l'inquisiteur général d'Aragon, au service de l'Église catholique qu'il sert de manière rigide : il obéit strictement aux règles édictées et traque tous les hérétiques dans le sud de l'Europe et, particulièrement, en France. Aussi perspicace que Sherlock Holmes, l'inquisiteur va devoir faire face à des manifestations troublantes, apparemment surnaturelles...
    Tour de force de Valerio Evangelisti qui a su intégrer un personnage authentique (l'inquisiteur et théologien catalan mort en 1399) dans une trame fictive en trois récits parallèles, les cinq premiers tomes des aventures de Nicolas Eymerich sont réunis pour la première fois en un volume.
    Nicolas Eymerich, inquisiteur a obtenu le Grand prix de l'Imaginaire en 1999.  Original et audacieux, ce livre réunit avec bonheur le policier historique et la science-fiction. NooSFere.org Une oeuvre incontournable, à lire ou relire de toute urgence.
    Ce volume rassemble : Nicolas Eymerich, inquisiteur, Les Chaînes d'Eymerich, Le Corps et le Sang d'Eymerich, Le Mystère de l'inquisiteur Eymerich, Cherudek.

  • L'épitaphe de l'authentique Nicolas Eymerich, dominicain nommé Inquisiteur Général d'Aragon en 1357, évoque sa personnalité : "prédicateur de la vérité, inquisiteur intrépide, docteur de premier ordre".
    Sous la plume de Valerio Evangelisti, le magister Eymerich, détective d'une redoutable efficacité, doté d'un tempérament implacable, enquête sans faillir sur les phénomènes aberrants. Le premier volet de ses aventures décrit sa fulgurante accession au plus haut des pouvoirs de son temps. Grâce à une conviction aussi manichéenne qu'inébranlable, l'Inquisiteur combat sans vergogne ce qu'il ne comprend pas, car il doit faire face à des apparitions dans le ciel et des naissances monstrueuses qui effraient les villageois.
    Au XXIIe siècle, un vaisseau envoyé dans le passé à la recherche d'une mystérieuse relique religieuse rate sa cible et se retrouve à proximité du lieu où officie l'Inquisiteur, tandis qu'à notre époque, un jeune homme nommé Frullifer tente, tant bien que mal, de défendre une thèse révolutionnaire sur une science énigmatique : la psytronique. Le talent de l'auteur est de nouer ces trois histoires et trois temps différents, jusqu'à les entremêler, là où le futur explique le passé.
    Grâce à une écriture efficace, des dialogues d'une noirceur mordante et une cadence effrénée, Valerio Evangelisti revitalise la littérature de l'imaginaire, dans un curieux mélange d'histoire, d'horreur et de science fiction.

  • Le second volet des aventures du célèbre inquisiteur d'Aragon rassemble ses cinq dernières enquêtes. On y retrouve un Eymerich tout aussi détestable, rigoriste et fascinant, prêt à user des  pires ruses pour la plus grande gloire de l'Église catholique. Querelles de religion, haine millénaire et manipulation politique jalonnent les intrigues, qui se déroulent c'est la force d'Evangelisti sur trois niveaux de réalité temporelle. Nicolas Eymerich est chargé d'en décoder les interactions. Fantastique, aventure et science-fiction sont au coeur de ces romans, qui tendent un miroir ironique aux symboles de l'Église catholique et aux mythes de l'Occident.
      Picatrix a reçu le prix Masterton en 2003.
      Une mécanique fort bien huilée, propre à captiver et à piéger le lecteur. Galaxies.
      Ce volume rassemble : Picatrix, Le Château d'Eymerich, Mater Terribilis, La Lumière d'Orion, L'Évangile selon Eymerich.

  • 1374. Nicolas Eymerich est chargé par le pape d'enquêter sur un conseiller du roi d'Aragon accusé d'hérésie et de pratique des arts magiques. En effet, dans le sillage du dignitaire se multiplient phénomènes célestes inexpliqués, apparitions mystérieuses et miracles, ce qui ébranle l'Église catholique, déjà en lutte contre les actions des évangélistes vaudois. Ces derniers, dont l'autorité prospère de la Provence aux Alpes piémontaises, ne tardent pas à attiser les soupçons d'Eymerich : une terrifique conspiration est en marche.
    Au XXI e siècle, le scientifique Marcus Frullifer a détruit les fon- dements de la physique moderne grâce à une découverte sans précédent. Mais sa formule mathématique, à l'origine du boulever- sement, intéresse beaucoup l'Ordre des jésuites qui le séquestre dans un observatoire astronomique. Leurs motivations seraient- elles liées aux fragments retrouvés de L'Évangile de la lune, ce livre rédigé dans un lointain futur ? Mais en quoi les recherches de Frullifer servent-elles leur dessein ?
    Ce que l'on nous a appris sur le passé et le futur est un men- songe. La mort est un leurre, un accident transitoire à dompter, et le temps, une simple limite à dépasser : voilà la vérité qui terrifie l'Église. Voici ce contre quoi Eymerich devra lutter, s'il ne souhaite pas que l'univers s'écroule, et avec lui tout ce en quoi il croit.
    Une conclusion inattendue pour le cycle du célèbre inquisiteur, dont les aventures temporelles ont enthousiasmé des générations de lecteurs à travers le monde !

  • En 1362, Linquisiteur Nicolas Eymerich dAragon enquête sur la mort mystérieuse de confrères dominicains dans le sud de la France. En se rendant dans la région de Cahors, sous occupation anglaise, il est confronté à détranges phénomènes : nuées dinsectes deux fois plus gros que la normale qui détruisent toutes les récoltes, réduisant les populations à la misère, murailles de brumes qui recouvrent des régions entières, moines difformes et autres maléfices que la raison a du mal expliquer. Parallèlement à cette enquête, nous suivons lépopée de Jeanne dArc au début du quinzième siècle, son ascension et sa chute, ses visions parfois horribles et ses rapports avec Gilles de Rais, son compagnon darmes aussi héroïque que pervers.

    Sur un troisième plan de réalité, se déroule la guerre qui oppose lEuroforce et les néonazis de la RACHE de 1990 à 2068, en de terrifiantes batailles entre les Mosaïques, soldats fabriqués avec des morceaux de cadavres, et les Polyploïdes, soldats génétiquement modifiés. Mais larme la plus terrible est le Vortex, une station orbitale capable de manipuler les rêves et limaginaire de lhumanité qui gère pour le compte de lONU tous les réseaux oniriques satellitaires. Arme terrifiante qui devient soudain incontrôlable À lorigine de ce chaos qui se fait échos à travers les siècles, un texte ancien, ésotérique, lAurora consurgens, (traité alchimique attribué à St Thomas dAquin, redécouvert par C.G. Jung. et traduit par Marie-Louise von Franz), dune part, et un virus informatique intitulé Kaiser Söze (en référence au personnage du « Diable boiteux » dans le film de Bryan Singer, Usual Suspects) qui contamine le Vortex, dautre part. Un rationalisme absolu et lexaltation de la foi le guident et vont permettre à Eymerich de démêler les fils de lintrigue qui relient ces trois niveaux de réalité temporelle. Il va ainsi se retrouver face à lentité qui est à lorigine de tous ces désordres du temps et de la matière, la face obscure de larchétype féminin, la grande dévoreuse, sans pitié et famélique, antithèse de limage maternelle dont elle est complémentaire pour former léternel féminin. Ce monstre terrifiant a concocté au fil des siècles un plan totalement hérétique pour linquisiteur aragonais : substituer à la domination masculine un monde matriarcal impitoyable

  • L'inquisiteur Eymerich est omniprésent dans deux des quatre lignes narratives entrecroisées, on y retrouve par ailleurs le professeur Frullifer, et qui, exilé aux Canaries, est confronté à des fous régénérant leurs membres tels des lézards ou des salamandres, ainsi qu'à des phénomènes électriques qui conduisent à invoquer la mémoire de Wilhelm Reich ou de curieuses théories « scientifiques ». On y retrouve aussi les nazis balkaniques de la RACHE et les mercenaires de l'Euroforce, en Afrique cette fois, face à d'hallucinants mouvements de population rappelant les migrations de lemmings, bon prétexte à charges contre le FMI et les chaînes de télévision que leur racisme quasi inconscient rend éminemment manipulables. Parasciences et politiquefiction sont bien au rendez-vous.
    Mais c'est surtout le reste qui importe : Eymerich en Espagne, dans le royaume arabe de Grenade, puis aux Canaries. Confronté à des roues de lumière, à des êtres à tête de chien, à des démons, à ce Raucahehil nommé dans les quatre récits. Confronté surtout aux non catholiques, qu'il déteste peut-être moins que les hérétiques, mais qu'il abhorre tout de même, qu'ils soient musulmans ou juifs, convertis ou non. D'où un festival de haines croisées où la chrétienté se « distingue » particulièrement, de mépris que tout devrait interdire et de sectarismes bornés, qui rappelleront d'autres lieux et d'autres temps. Eymerich, toujours détestable et fascinant, pervers et rigoriste, usant des pires ruses et des pires mensonges pour la plus grande gloire de l'Église et finissant par sauver le monde parce que c'est tout de même lui le héros. Eymerich, aussi, confronté à ce qui est pour lui l'autre radical, une femme, et qui pis est étrangère aux fois rigides, ceci au cours d'une odieuse séance de torture courant au long du livre et, paradoxalement, rendant l'inquisiteur un peu plus humain en éclairant encore davantage ses psychoses.
    Comme d'habitude avec Evangelisti, l'entrecroisement n'a pas seulement pour but d'assurer et de prolonger les suspenses de fin de chapitre, mais correspond à une convergence finale dont des lambeaux se dévoilent parfois, mais qui surprend tout de même. Et comme d'habitude, la science-fiction est présente mais mêlée à la fantasy, encore que la magie soit dûment « rationalisée », même si c'est au travers de théories plutôt étonnantes. L'aventure est au rendez-vous et ce volume est une mécanique bien huilée, propre à captiver et à piéger le lecteur.

  • Barcelone, 1372. le grand inquisiteur du royaume d'Aragon se lance dans ce qu'il pressent être sa dernière aventure. Nicolas Eymerich va enquêter sur la mort de Ramón de Tárrega en laquelle il ne croit pas, et suivre la piste de son ennemi en Sardaigne puis en Sicile, jusqu'à Naples. Tout au long de son périple, il va être confronté à d'étranges disques lumineux qui apparaissent dans le ciel, d'horribles foetus démembrés et de quelques fantômes aux silhouettes non étrangères...
    Quelle origine commune à tous ces phénomènes ? La pratique de l'art alchimique ? Le Liber Aneguemis, un livre dont la possession est un péché mortel ? Secrètement, le récit se divise en cinq parties qui correspondent aux cinq phases du processus alchimique et leurs couleurs associées : nigredo (noir), albedo (blanc), citinitras (jaune), rubedo (rouge) cinquième essence (sans couleur mais symbolisée par l'or).
    Puzzle qui ne révèle sa véritable apparence qu'une fois achevé, ce dernier opus prend également parfaitement sa place à la fin du cycle et permet d'apprécier la structure de l'ensemble sous un nouvel éclairage qui irait de l'enfance d'Eymerich jusqu'à la fin de sa vie. Un tour de force et probablement l'une des meilleures aventures du cycle.

  • 1341. Sur ordre secret du Pape, un groupe de cinq dominicains, se surnommant eux-mêmes le Français, le Catalan, le Castillan, l'Allemand et l'Italien, s'apprête à encourir la damnation éternelle afin de porter un coup mortel à l'ennemi héréditaire de la religion catholique. 1369, la peste se répand sur l'Europe. L'inquisiteur Nicolas Eymerich enquête au château de Montiel où s'est réfugié Pierre le Cruel, roi de Castille, assiégé par l'armée d'Henri de Trastamare et les mercenaires de Du Guesclin.
    Ce château à l'architecture étrange, poisseux labyrinthe flanqué de 10 tours et d'innombrables galeries, se révèle vite être une tanière infâme où les murs tremblent sous la violence des peurs et des haines, où l'impossible mosaïque humaine de villageois chrétiens, de serviteurs juifs et de soldats mahométans n'attend qu'un prétexte pour se disloquer, pour s'enfoncer irrémédiablement dans la folie et la destruction.
    Jeunes enfants vidés de leur sang, apparitions démoniaques, raclements sordides sous les fondations, murs imprégnés de symboles de la kabbale : la toile des secrets s'épaissit à chaque pas. Eymerich, l'impénétrable inquisiteur, ne craint pas d'affronter la haine, mais peut-être craint-il son sentiment contraire, un sentiment qu'il n'ose nommer et qui l'assaille dans les tréfonds de ce château où se cache le regard serein et déterminé d'une femme juive qu'Eymerich avait, autrefois, soumise à la question, et qu'il ne parvient plus à fuir.
    Hiver 1944, Le Sturmbannführer des SS Viktor von Ingolstadt, responsable de la sécurité du camp de concentration de Dora, aidé par le professeur Nitsche du bureau du T4, est sur le point de réaliser grâce aux avancées de la science un projet d'une ambition démesurée : la création du soldat allemand du futur, le guerrier parfait, réplique des chevaliers du Moyen Âge. De l'Europe de la peste noire à celle de la peste brune, les temps s'entrecroisent à nouveau sous la plume acide de Valerio Evangelisti.
    Cette nouvelle enquête de Nicolas Eymerich porte sa quête de vérité au bord d'un abîme sans fond où enfle et remue la haine millénaire.

  • A la fin du xixe siècle, les frontières entre le nord du Mexique et le Texas varient au gré de la politique, des alliances des chefs de guerre et des défaites des armées sudistes. La Coulée de feu raconte, depuis la frontière avec les États-Unis, l'émergence, sur trois décennies, de la nation mexicaine. S'y entrecroisent les destins de dizaines de personnages de toutes conditions, emportés dans le tourbillon des guerres et des révolutions, comme Marion Gillespie, la veuve fatale partagée entre son rôle de mère et un désir éperdu d'ascension sociale, ses enfants Christine et Rupert ; William Henry, soldat sudiste devenu tueur au service du général Porfirio Díaz, futur Président et dictateur ; Santos Cadena, le bandolero au grand coeur ; Heraclio, le séduisant chef de bande ; Margarita Magón, petite paysanne à la larme facile qui se transformera en révolutionnaire. Tous nous font suivre trente ans d'histoire politique contradictoire et éclairent leur signification.

    La virtuosité du conteur nous fait sentir aussi bien la complexité de situations, où, par exemple, les Indiens sont massacrés au nom du progrès et de la démocratie, que le ridicule au coeur même des grands moments historiques, avec les rites grotesques de la cour de Maximilien, ou des épisodes guerriers aussi lamentables que sanglants.

    Valerio Evangelisti révèle l'étendue d'un talent dans lequel l'impressionnante érudition est au service d'un point de vue acéré, ironique mais jamais cynique, sur les passions humaines

  • 1366 : Amédée de Savoie, le Comte Vert, décide de lancer une croisade pour porter secours à l'empire byzantin réduit à Constantinople et sa banlieue sous les coups répétés des turcs.
    Chassé du royaume d'Aragon où il était inquisiteur général, Eymerich se rend à Padoue à l'assemblée du chapitre dominicain. Il y fait la rencontre du poète Pétrarque, inspirateur d'un tableau étrange et maléfique qui le conduit jusqu'à Constantinople, droit au coeur d'un empire byzantin en pleine décadence et menacé de surcroit par d'inquiétants phénomènes :
    Des monstres marins gigantesques surgissent tous les matins en hurlant de façon obsédante « Mumias ! Mumias ! Mumias ! ».
    On entend battre dans l'inextricable réseau de souterrains le coeur de foetus géants. Que penser des cortèges de religieuses engrossées qui entonnent en boucle un vers de Dante que personne n'a jamais réussi à déchiffrer ? Et toutes ces plumes qu'Eymerich remarque un peu partout, dans le palais et dans les souterrains... Sont-elles tombées des ailes d'un ange, ou bien d'un démon qui aurait usurpé son identité ?
    L'inquisiteur va devoir résoudre un double mystère. Celui de l'existence de géants qui seraient enfantés selon la Bible « entre des démons et des filles d'hommes », et celui encore plus inquiétant de la toile universelle où chaque geste aurait un écho dans l'espace et dans le temps.
    La solution est-elle uniquement dans les souterrains de Constantinople ? Ou, par-delà les siècles, dans la guerre apocalyptique qui se déroule en Irak entre des soldats qui n'ont plus rien d'humain ? Ou bien encore entre les mains de Frullifer, l'inventeur du voyage psytronique, qui envisage de faire exploser Bételgeuse ?
    Valerio Evangelisti offre dans cet opus une réflexion étendue des chocs des civilisations et les querelles de religions sur fond de manipulation politique. Nicolas Eymerich mène une nouvelle enquête particulièrement délirante (imaginez Sherlock sous acide) afin de démasquer le péché le plus monstrueux dont l'être humain s'est jamais rendu coupable.

  • L'épitaphe de l'authentique Nicolas Eymerich, dominicain nommé Inquisiteur Général d'Aragon en 1357, évoque sa personnalité : "prédicateur de la vérité, inquisiteur intrépide, docteur de premier ordre".
    Dans la seconde moitié du XIVe siècle, le Grand Inquisiteur Nicolas Eymerich conduit une expédition en Savoie afin d'enquêter sur une improbable résurgence de l'hérésie cathare. Celle-ci, située dans un cadre historique minutieux, laisse apparaître petit à petit des aberrations qui trouveront des échos à différentes époques. Pourrait-il exister un lien entre l'expédition d'Eymerich en 1365 et un trafic d'organes au Guatemala dans la seconde moitié du XXe siècle ? Ou avec des recherches en génétique conduites par la Rache, organisation eugéniste et survivance du cauchemar hitlérien ? Et si ce lien existait, quelle en serait l'incroyable nature ? Seule la main de fer d'Eymerich pourra dénouer un à un les fils de cet écheveau diabolique et libérer la vérité de ses chaînes, si étroitement emmêlées à travers les siècles.
    Dans cet entrelacs remarquable de coïncidences entre passé et futur se dessine une vision de notre monde où les hommes n'ont rien à envier aux démons en matière de férocité. Avec cette deuxième aventure d'Eymerich, Valerio Evangelisti enjambe à nouveau les siècles. Suivant le fil d'une intrigue particulièrement tortueuse, menée comme dans le premier volume sur trois époques fort éloignées, il revisite une question des plus anciennes: que feraient les hommes d'un pouvoir qui les place entre les démons et les dieux ? Grâce à une plume efficace, des dialogues d'une noirceur mordante et une cadence effrénée, Valerio Evangelisti revitalise la littérature de l'imaginaire, dans un curieux mélange d'histoire, d'horreur et de science-fiction.

  • 1944 - Camp de Dora. Le Sturmbannfürher Von Ingolstadt mène des expériences en vue de créer le soldat SS suprême.
    1349 - Gérone. Cinq frères s'apprêtent à risquer la damnation éternelle pour sauver leur Église.
    1369 - Castille. Entre apostats catholiques et juifs hérétiques, Nicolas Eymerich doit plonger jusqu'au coeur de la kabbale pour enquêter sur la source des phénomènes fantastiques de la forteresse assiégée de Montiel.

    Les puissances et les rêves traversent les siècles, temps et espace vacillent alors que l'inquisiteur Eymerich se dresse contre les ennemis de l'Ordre et de la Foi.

  • Cette fois, c'est en Sardaigne en 1365 que le terrible inquisiteur va exercer ses talents. Il accompagne en effet le roi d'Espagne, venu à la tête d'une expédition militaire pour mettre fin à un culte païen dont les adeptes possèdent, semble-t-il, le pouvoir de guérir les malades, y compris les plus graves. Mais pourquoi les ruisseaux et torrents de l'île se mettent-ils à heure fixe à grouiller d'amibes et autres parasites rendant leur eau impropre à la consommation ? Ailleurs, prisonnier d'une cellule surréaliste située en un lieu indéterminé, Wilhelm Reich vit d'hallucinantes entrevues avec un Eymerich qui semble bien décidé à le psychanalyser. Ailleurs encore, dans un futur proche consécutif à l'effondrement des Etats-Unis causé par l'anémie falciforme, des jeunes gens originaires des différentes - et peu sympathiques - nations qui se partagent désormais le territoire nord-américain se retrouvent, pour punition, envoyés dans un mystérieux Lazaret... Enfin, certains chapitres content les épisodes cruciaux de la vie de Reich, dont les hypothèses sur les bions et l'énergie orgonique constituent la base même du roman.

  • Au Moyen-Âge, dans le temps de la vie historique de Nicolas, nous sommes en 1360, et des rumeurs d'événements impossibles et horrifiants dans le Quercy (Rocamadour) amènent l'inquisiteur à quitter la cité papale d'Avignon pour un périple en Occitanie centrale (Castres, Albi, Figeac.).
    En même temps, à une autre époque - passages titrés «Tempo zero» - un curieux assortiment de personnages se débat dans une bourgade non-nommée du Frioul, dont les rues s'ordonnent suivant un curieux plan géométrique (et géomancien ?) autour de l'église contenant les reliques de Saint Mauvais (le lecteur comprendra assez vite que ce saint, qui doit protéger les croyants, n'est autre qu'Eymerich lui-même, devenu icône de terreur sacrée).
    On trouve donc dans la bourgade un inspecteur, Dentice, dont la mission peu claire est de toute façon entravée par l'administration locale et reléguée au second plan par les stigmates dont il est affligé. Une jeune femme, Roberta Hu, avec sa petite soeur, Ariel. Et trois jésuites, chargés d'enquêter sur la disparition d'un membre de leur ordre.
    Les lésions de Dentice, les apparitions qui terrorisent Roberta, tout cela est lié à un réseau de correspondances entre la ville et un autre monde encore, le Cherudek, où Eymerich et d'autres inquisiteurs mènent leurs interrogatoires avec la brutalité que l'on associe désormais à l'Inquisition, mais qui n'était pas toujours de mise au XIVe siècle.
    Cherudek, le cinquième épisode de la série des aventures de Nicolas Eymerich, est le livre le plus long et un des plus aboutis de la série. En vrai roman de fantastique, il place le coeur de son action dans les cauchemars de l'humanité entière.

  • Comme dans la plupart de ses romans, Valerio Evangelisti jongle une fois encore avec les codes temporels, et promène son lecteur à travers plusieurs époques. Dans Black Flag, il alterne un futur très éloigné, où le monde s'est transformé en un gigantesque hôpital psychiatrique d'une violence extrême, une époque plus proche de nous, où l'on voit les Américains bombarder la ville de Panama City, avec une hargne qui rappellent étrangement l'attentat du World Trade Center, et un passé plus lointain, celui de la guerre de Sécession, où l'on retrouve Pantera, le chaman métis, déjà protagoniste de la nouvelle du même nom dans Métal Hurlant, (Rivages, 2001).
    Sur Paradi, les psychiatres tentent de soigner la schizophrénie qui a envahi le monde par des électrochocs collectifs - les malades étant devenus trop nombreux - et les rapports humains n'existent que dans la violence.
    Parmi ses misérables habitants se trouve Lilith, qui hait tout le monde, et que tout le monde hait. Une mission de contrôle arrive de la lune, sans se douter qu'un seul de ses membres repartira vivant, grâce à l'aide de Lilith.
    Mais quelle est donc la véritable identité de celle-ci ?
    A Laredo, Pantera, pistolero messianique aux allures de Clint Eastwood, est engagé pour tuer Koger, un étrange homme-loup. Lorsque ses commanditaires se retournent contre lui, Pantera se retrouve embrigadé malgré lui sous le drapeau noir d'une unité de rebelles sudistes adeptes de la violence sous toutes ses formes.
    Il y prendra sous sa protection un vieil Indien radoteur et une prostituée particulièrement laide. Ce n'est qu'au terme d'une longue errance avec les rebelles qu'il découvrira la vraie nature de Koger.

  • 1875. La guerre de sécession terminée, les jeunes Etats-Unis sont désormais un territoire à conquérir pour les puissants conglomérats de l'industrie du rail, du charbon et de l'acier.
    Entré au service des Molly Maguires, une organisation secrète qui opère au sein des mineurs irlandais de Pennsylvanie, le mercenaire Pantera, mexicain et prêtre vaudou, se retrouve au coeur d'un puzzle complexe dans un décor cauchemardesque, ravagé par le charbon, la maladie et la corruption. Ici, les conflits sociaux ne sont que façade, masquant des forces souterraines qui se livrent une lutte sans pitié, dont l'enjeu est la domination de l'Amérique pour les siècles à venir.
    Roman inclassable aux multiples clés, western à l'italienne digne de Sergio Leone, lecture sociale et politique des origines de l'Amérique moderne, anthracite est tout cela et plus encore.

  • En 1685, les jours des pirates regroupés dans la confrérie des Frères de la Côte, aux ordres du roi de France, sont comptés. Louis XIV a fait la paix avec son traditionnel ennemi, l'Espagne, et les menées des flibustiers des Caraïbes à partir de l'île de la Tortue (d'où le titre du livre : Tortuga), désormais sous la coupe d'un nouveau gouverneur, ne sont plus les bienvenues. C'est dans ce contexte qu'un ancien jésuite portugais au passé mystérieux, Rogério de Campos, va faire le dur apprentissage de la vie. Capturé par les pirates sur le vaisseau espagnol où il s'est enrôlé, il est contraint de jouer les maîtres d'équipage pour le capitaine Lorencillo, avant de passer aux ordres du cruel et diabolique capitaine De Grammont. Sa passion pour une esclave africaine l'entraînera dans une véritable descente aux enfers, au contact d'une société dont il découvrira, non sans une certaine fascination et horreur, la barbarie et les codes rigides. Devenu l'un des leurs, il participera à la dernière grande aventure des Frères de la Côte : la prise sanglante et audacieuse de la ville de Campeche sur la côte sud-est du Mexique.Véritable roman d'aventure en haute mer bruissant du fracas des abordages et des batailles, le livre dépeint sans fard et sans indulgence une société à son crépuscule. Dans une tentative pleinement réussie de « déboulonnage » d'un mythe romantique si complaisamment exploité au cinéma comme en littérature, Valerio Evangelisti restitue la noirceur de l'âme pirate à travers des héros tourmentés dont aucun n'apparaît comme positif. La critique italienne a vu en Tortuga un des romans les plus aboutis et maîtrisés de Valerio Evangelisti.

empty