Elan Vert

  • Des pommes ! Jaunes, rouges ou orangées, Papa en grignote toute la journée.
    Et si pour son anniversaire, je lui faisais un gâteau à son fruit préféré ? En route pour le verger.

    Pommes et biscuits de Paul Cézanne Qu'elles sont belles et appétissantes ces pommes sur ce tableau ! Le Petit Paul de notre histoire nous invite à les admirer mais aussi à nous promener en Provence, près de la montagne Sainte-Victoire, paysage si cher au peintre. Bonne balade !

  • Tout là-haut, à chatouiller les nuages, le coq de Notre-Dame trônait sur le tout Paris. Quelle vue ! Décoiffant par grand vent mais il aimait ça ! On naît girouette, ou ne l'est pas. Un soir d'avril pourtant, tout bascula... un incendie attaqua la cathédrale. Allait-il finir en coq à la broche ? Découverte du coq de Notre-Dame de Paris

  • Ce matin, rien ne va. Frida est clouée au lit. Elle voudrait peindre mais ses jambes refusent de lui obéir. Si elle ne peut se déplacer, elle peut chanter. - Je veux une grande toile blanche, fredonne-t-elle. des pinceaux de toutes les tailles, et de la couleur en pagaille ! Tiens ! Caimito le petit singe dresse l'oreille. Et s'il pouvait aider Frida ?

  • La vie de petit rat n'est pas facile... Jeanne danse encore et encore. Elle s'applique, progresse, participe aux ballets ! Les petits sous récoltés la rapprochent de son rêve : sa première leçon de piano. Alors, quand Monsieur D., artiste renommé qui déambule et crayonne sans relâche à l'Opéra, lui demande de poser pour lui, elle accepte. Jeanne découvre son atelier où peu à peu, la statue d'une petite ballerine prend vie ! Entre danse classique, musique, peinture et sculpture, cette histoire nous plonge dans l'art, le talent, le perfectionnisme et le travail acharné des artistes.

  • Cette nuit, Petit Noun n'est pas le seul à se promener dans le département égyptien du musée. Il rencontre Augia, une porteuse d'auge. L'hippo souhaite déchiffrer les hiéroglyphes. Qui de mieux que le scribe accroupi pour l'aider ? Augia le conduit jusqu'à lui mais il a perdu son stylet et n'a plus d'encre.
    Petit Noun lui donne la tige d'une fleur de son dos et le scribe puise le bleu sur sa peau. Quelle surprise pour le gardien du musée de retrouver l'hippo le lendemain endormi sur les genoux du scribe !

  • Je crie sur le pont. Je crie parce que j'ai peur.
    Je sens mon coeur qui bat, mes jambes qui tremblent, quand mamie perd ses mots, encore.
    - Mince, voilà que ça me reprend, mais comment ça s'appelle ? Ah mes chéris, avec cette maladie, on peut faire toute une... une...
    Comment aider mamie ? Où sont passés ses mots ?

    Notre narrateur est saisi par l'angoisse. Petit à petit, son frère et les personnages rencontrés vont le rassurer, lui raconter comment les mots se perdent et se retrouvent.
    Mamie va retrouver son mot : « histoire » et l'enfant va apprendre à dompter sa peur. En ne criant plus mais en écrivant.

  • Quand Eddy doit rendre un service à son pote détective privé, il se retrouve à suivre une drôle d'affaire : retrouver le vrai nom d'une certaine Lola Pearl. Il a 5 jours et quelques adresses en poche. Tout s'avère plongé dans le brouillard...
    Qui était vraiment Lola Pearl ?

  • Le lion s'ennuie tellement qu'il parle tout seul sous son arbre. Et un jour, l'arbre lui répond ! Enfin les oiseaux qui sont dans l'arbre. Ils décident d'aider le roi à réaliser son rêve. Tous aident le lion à s'envoler...
    Le voici dans les airs. Léger ,léger et heureux. Il est ce qu'il a toujours voulu être. Un oiseau-lion.

  • Mais que se passe-t-il dans ma ville ?
    Des carreaux noirs et blancs ont recouvert tout un bâtiment, Une grande cheminée d'usine s'est mise à briller... Le plus incroyable, c'est encore ce qui est arrivé chez nous ! Autour de mon arbre, un gros chantier a commencé. Qui s'amuse à tout chambouler ?

  • 10 récits de la mythologie grecque et romaine en bande dessinée, avec des amphores d'humour ! Et 11 coloriages géants. A tes crayons !

  • Albertine accumule les vêtements et la voilà transformée en mini Bibendum... Impossible de bouger avec toutes ses couches ! Elle étouffe ! Alors quand sa mère l'appelle pour ajouter un bonnet, hop !
    Elle prend la poudre d'escampette et enlève tous ses vêtements. À elle la liberté !

  • La vieille Minoa conservait un inestimable trésor. Une graine grosse comme un poing et brillante comme de l'or. Le moment de la confier à quelqu'un de plus jeune était arrivé. Gravement, elle la donna à Djalil. Le jeune garçon veillerait à son tour sur cette graine extraordinaire : la graine de l'arbre unique. Un jour, Djalil la mettrait en terre et l'arbre révélerait son secret...
    Découvert de L'Arbre de vie de Gustav Klimt.

  • La vie de petit rat n'est pas facile... Jeanne danse encore et encore. Elle s'applique, progresse, participe aux ballets ! Les petits sous récoltés la rapprochent de son rêve : sa première leçon de piano. Alors, quand Monsieur D., artiste renommé qui déambule et crayonne sans relâche à l'Opéra, lui demande de poser pour lui, elle accepte. Jeanne découvre son atelier où peu à peu, la statue d'une petite ballerine prend vie ! Entre danse classique, musique, peinture et sculpture, cette histoire nous plonge dans l'art, le talent, le perfectionnisme et le travail acharné des artistes.

  • Le chat Gribouille s'est échappé !
    En voulant l'attraper, Tom et Alice sont embarqués dans une drôle d'aventure. Commence un voyage dans l'art urbain à la découverte des univers de Speedy Graphito, Jace, 3TTman, Chanoir et Kashink.

  • Le ciel est bleu. Bleu ciel. Comme chaque jour, maman prépare le repas. Je ne suis pas la seule à regarder tous ses gestes. Maman a posé sa poupée qui s'appelle Poupée, pas loin, au pied du manguier de notre cour. Cette poupée, c'est ma grande soeur !
    Maman me l'a raconté...

    Voilà l'histoire de maman et de sa poupée : Ama, ma maman, et Kwame, mon papa, se sont mariés puis les saisons se sont succédé. Chaque jour, maman regardait son ventre. Plat ! Elle était si triste d'attendre cet enfant qui n'arrivait pas. Elle alla donc chez le sculpteur pour avoir une poupée, une belle poupée. Elle la porta au dos, en prit grand soin. Elle lui parla, la cajola. Puis un jour arriva ce qui devait arriver. Ama attendit un enfant. C'était moi, Adjoa !

  • En ouvrant ce livre, une atmosphère feutrée et cotonneuse nous enveloppe. La chaleur du feu nous gagne, nous sentons l'odeur des petits gâteaux avant de prendre la route avec Oscar. Ensuite, la neige voile le paysage. Nous sommes dans la charrette lors de l'accident. Le texte nous happe et les images nous transportent dans ce chromo figurant un soir d'hiver de la fin du XIXe siècle. Stéphane Girel réussit avec brio à donner de la matière au monde blanc qui enveloppe les personnages. En écho aux toiles de Monet, des touches de crème, de rose s'invitent dans la palette de l'illustrateur. Les cadrages servent aussi bien les scènes d'action que le cocon familial.

  • Ce soir, il y aura une foule d'invités.
    Il faudra encore être poli et ne pas faire la tête.
    Louise préférerait tellement rester seule, seule ou juste avec les fleurs qu'elle aime tant.
    Mais ce soir, une autre fille est là... Mary.

  • Naoki a été recueilli...Un jour de pêche, lors d'une tempête, le bébé s'est retrouvé dans la barque de Taro.
    Le temps a passé... Naoki est resté petit, tout petit... Pourquoi est-il différent des autres ?
    Sa maison est-elle vraiment la sienne ? Peut-il appeler ses parents « papa », « maman » ?
    Naoki s'enfuit. Un poisson fabuleux l'emmène au fond de la mer... Naoki a froid, il a peur, il veut rentrer chez lui ! chez Taro, son père et Aki, sa mère.
    Naoki a grandi.

  • Au début du XIXe siècle, Lucien, un jeune garçon, habite dans le même immeuble que Théodore Géricault, un peintre renommé mais très mystérieux...
    Ses parents ont interdit à Lucien de lui parler. Mais le garçon est fasciné ! Lui aussi dessine.

    Quand il se rend en Normandie pour un mariage, comment expliquer qu'il retrouve le peintre sur la plage ? Le tonton de Lucien, un militaire espiègle et cabotin, lui explique alors que Géricault a besoin de voir la mer. Il travaille sur Le Radeau de la Méduse, un immense tableau qui dépeint un drame survenu au large de l'Afrique quelques années plus tôt.

  • Aujourd'hui était un jour particulier.
    Jeanne-Marie, sous un soleil de plomb, se rendait aux champs pour apporter le déjeuner aux femmes parties depuis l'aube. La journée serait longue.
    Difficile. Il ne fallait pas perdre de temps.
    Un jour, un seul jour par an, les paysans qui n'avaient pas de terre étaient autorisés à venir glaner, à ramasser les épis restés de-ci de-là après la récolte.
    Pourvu que la journée soit bonne !

  • Ralf et Nataël sont anges gardiens. Depuis leur nuage, ils guettent le réveil de leurs protégés, Jean et Jeanne. Pas facile de veiller sur ces deux chenapans.
    Ils ne ratent jamais une bêtise ou une cabriole.
    Sous la neige qui tombe sur Dresde, que vont encore inventer ces deux petits diables ?

  • Koïchi était amoureux de Yunko, Yunko était amoureuse de Koïchi. Mais pour obtenir sa main, il devait accomplir une épreuve qu'aucun de ses prétendants n'avait réussi jusqu'ici : vendre un chargement de riz à travers le pays tout en gardant 36 grains de riz dans sa main droite. Jamais il ne devrait ouvrir le poing. Afin de le surveiller, Tomomi, un renard chafouin, serait son compagnon de voyage. Bon courage à toi Koïchi !

  • L'histoire de Petit Noun commence dans l'Égypte des pharaons, puis fait un grand saut jusqu'à notre époque. Enterré avec son vieil ami, l'hippopotame ne se réveille que lorsque les archéologues mettent au jour son tombeau. Quand Petit Noun décide de partir à la recherche des siens, il prend les couleurs des contrées qu'il traverse : le jaune d'or du désert, le camaïeu de vert de la forêt, le gris des brumes de Paris.
    Mais Petit Noun est toujours seul. Quand tout semble perdu, il tombe alors nez à nez avec sa famille... sous la pyramide du Louvre.

  • Antonio, le clown violoniste, s'est blessé.
    Le voici alité. Si sa roulotte va de ville en village avec le Quatre Saisons Circus, lui ne peut plus la quitter. Un beau jour de novembre, son ami Automne lui rend visite. Lui succèdent Hiver puis Printemps et Été au fil de l'année. Peu à peu, Antonio guérit... Grâce au temps qui passe mais aussi grâce aux visites de ses amis.

    Guérir prend du temps. Les amis d'Antonio, qui portent les noms des saisons, l'accompagnent dans sa convalescence. En Automne, promenade en forêt mordorée. En hiver, bonhomme de neige d'intérieur et petit thé fumant. Au printemps, chasse aux papillons. En été, gros panier de fruits et jonglerie. À la fin de l'histoire, Antonio est guéri ! Le spectacle bat son plein et tombent les masques !
    Nous découvrons que les quatre saisons amis d'Antonio sont des artistes du cirque comme lui. Qu'il est bon de prendre soin des autres et qu'on prenne soin de nous.
    Les amis d'Antonio sont inspirés des 4 créatures d'Arcimboldo, le héros doit son prénom à Vivaldi et joue du violon comme lui. Les saisons, en clin d'oeil au peintre et au maestro, sont mises à l'honneur.
    Sur le CD, la lecture de l'histoire par un comédien est soutenue par des extraits des Quatre Saisons de Vivaldi.
    Cette histoire douce teintée de fantaisie s'épanouit avec les illustrations de Lucile Placin. Sa palette chatoyante, les personnages rieurs regorgent de fraîcheur et de bonne humeur.
    Découverte de Giuseppe Arcimboldo, Printemps, Été, Automne, Hiver, 1573 et d'Antonio Vivaldi, Les Quatre Saisons.

empty