Etienne Anheim

  • Qu'est devenu aujourd'hui le "métier d'historien" dont parlait Marc Bloch ? En suivant le fil d'une expérience individuelle, ce livre s'interroge sur le travail de l'histoire, entendu dans un double sens. C'est d'abord le travail sur l'histoire, comme matériau de recherche, qui pose des questions intellectuelles mais aussi pratiques.

    Comment devient-on chercheur en histoire ? Que signifie lire, écrire, éditer des textes quand on est historien ? Quels sont les enjeux de l'enseignement de l'histoire ? Pourquoi participer à l'évaluation ou à l'administration au sein des institutions universitaires ? Qu'implique le fait d'intervenir dans la sphère publique ?

    Ces questions font le quotidien de l'historien autant, voire plus, que la fréquentation des archives et des bibliothèques.

    Mais, en filigrane, le travail de l'histoire désigne aussi, dans un sens qui mêle les dimensions personnelle et professionnelle, l'histoire au travail.

    Non seulement l'histoire comme flux temporel, qui transforme les êtres et les choses, mais aussi comme discipline, qui produit des effets sur celui qui la pratique et qui est, en retour, travaillé par cette histoire.

  • Famines, guerres, épidémies : la Mort s'est bien amusée entre le XIIIe et le XVe siècle ! C'est donc à elle que les auteurs de ce volume ont confié le récit de cette époque sanglante. Déambulant à travers Saint-Denis, où sont enterrés Philippe le Bel et Bertrand du Guesclin, la Grande Faucheuse raconte avec délectation comment elle ramassa par millions les cadavres laissés par la peste noire et la guerre de Cent Ans. Amatrice de décès en tous genres, elle n'oublie évidemment ni le supplice crépitant de Jeanne d'Arc à Rouen ni les batailles intestines qui déchirèrent les familles royales. Sans se départir de son humour tranchant, notre guide raconte finalement comment une première idée de nation émergea en France de ces féroces affrontements.

  • Le premier roi de France, et probablement l'un des plus grands.

    À sa naissance en 1165, Philippe II est accueilli comme un véritable miracle par son père Louis VII déjà âgé de 45 ans. En grandissant, il apprend ce qui structure le rôle d'un roi : le système féodal et l'idéal chevaleresque. Mais il découvre également les rapports ambigus faits de respects et de défis qu'entretient son père avec Henri II, roi d'Angleterre et d'Aquitaine. À son accession au pouvoir, dès l'âge de 15 ans, il entreprend de réformer en profondeur le royaume mettant fin à l'époque féodale tandis que perdure La rivalité avec le souverain anglais. D'autant que Philippe surnommé « Auguste » découvre avec le fils d'Henri II un adversaire de choix : le célèbre Richard Ier, héros des Croisades, surnommé « Coeur de Lion ».

    Après Philippe le Bel et Saint Louis, les auteurs nous font découvrir le destin de l'un des monarques les plus important et étudiés de l'époque médiévale.

  • Napoléon, Catherine de Médicis, Gengis Khan, Charles de Gaulle. Si le genre biographique existe depuis longtemps et se porte bien, c'est en raison d'un goût du public pour la vie de ces « grands hommes » qui fascinent. Toutes deux références en matière d'ouvrages sur la thématique de l'Histoire, les éditions Glénat et les éditions Fayard s'associent afin de lancer la collection « Ils ont fait l'Histoire » ! Des auteurs de bandes dessinées et des historiens universitaires y additionnent leurs talents pour proposer au public une série de portraits biographiques en BD, aussi passionnants et vivants que respectueux du corpus historique.
    Ces albums seront en outre prolongés d'un dossier documentaire de 8 pages éclairant de nouveaux aspects du personnage et de la période en question.
    Philippe IV de France, dit Philippe le Bel ou le « roi de fer », fils de Philippe III de France et de sa première épouse Isabelle d'Aragon, fut roi de France de 1285 à 1314. Derrière la légende du procès des Templiers et des rois maudits se cache un roi silencieux, secret et éminemment politique. Et les « affaires » qui émaillent cette époque suscitent les questions : Pourquoi le Temple ? Pourquoi la dévaluation ? Pourquoi ce conflit avec le Pape ? De l'étude de ces presque 30 ans de règne émerge finalement une volonté constante et tendue vers un but unique : la grandeur du royaume de France.

  • Au cours des dix dernières années le paysage de l'édition en sciences humaines et sociales a été considérablement bouleversé. Les transformations du marché du livre, l'essor de la publication et de la lecture en ligne et l'évolution de l'évaluation scientifique ont profondément modifié la production et la diffusion du savoir, tout comme les modèles économiques et l'organisation du travail qui les sous-tendaient. Cet ouvrage revient sur les nombreux débats au sein du monde savant, mais aussi dans la sphère publique, en France comme au niveau international.

  • Le patrimoine culturel recouvre une réalité complexe. Il capte l'ensemble des problématiques de son époque. Il est le lieu où ne cessent de s'articuler des enjeux normatifs, sociaux, politiques, épistémologiques, où se reconfigurent en permanence les rapports entre passé, présent et futur et où les échelles varient, du local au global. L'ère numérique, avec les transformations qu'elle induit dans les processus de patrimonialisation comme dans l'étude des patrimoines, accroît cette complexité tout en appelant de nouveaux regards critiques.

    Telle est la perspective du présent ouvrage, qui déplie et déploie deux grandes thématiques. Il aborde d'abord les historicités, les spatialités et les reconfigurations temporelles du patrimoine, puis sa production sociale et enfin les médiations, appropriations et ressentis auxquels il donne lieu. Il traite ensuite de l'articulation entre matérialité, immatérialité et dématérialisation, en étudiant cette dernière et ses effets, l'évolution des connaissances sur la matérialité des oeuvres, les usages du numérique pour l'accès au patrimoine et sa médiation.

    Nourri d'un travail collaboratif d'ampleur, il met en lumière les nouvelles pollinisations entre le monde académique et les institutions culturelles patrimoniales et l'accroissement qualitatif qu'elles constituent. Il montre également que l'interdisciplinarité, si elle est conçue comme un processus de co-traduction et de co-construction, constitue un formidable levier pour l'avenir de la recherche sur les patrimoines.

  • Le Moyen Âge aimait les listes. En énumérant et en organisant les êtres et les choses, pour les gérer ou simplement pour les connaître, les listes médiévales éprouvaient la performativité de l'écriture dans une société où son usage restait restreint à une élite. Ces listes étaient une façon d'agir sur le monde, pas seulement une manière de se le représenter. La rédaction d'inventaires - de livres, de joyaux et d'outils -, de listes de serfs d'un domaine ou encore d'habitants d'une ville, comme l'utilisation littéraire d'énumérations inspirées de ces pratiques sociales, ont marqué la manière dont l'Europe médiévale a construit la relation entre hommes et objets dans la longue durée.

    Ce volume, deuxième volet d'un projet collectif consacré au "pouvoir des listes" au Moyen Âge, poursuit cette exploration anthropologique, rendue possible par la pratique de la mise en liste et la transmission de ces listes à l'intérieur des documents les plus divers. En confrontant les travaux de sociologues et d'anthropologues comme ceux de Bruno Latour ou Philippe Descola à la documentation médiévale, les auteurs révèlent la liste comme une forme singulière de domination sociopolitique et devaluation juridique et économique : elle lève le voile sur des relations entre humains et non-humains, entre sujets et objets, profondément différentes de celles qui se mettent en place avec la modernité.

    Ont collaboré à cet ouvrage :

    Étienne Anheim, Karin Becker, Philippe Bernardi, Thierry Bonnot, Diane Chamboduc de Saint Pulgent, Laurent Feller, Madeleine Jeay, Bruno Laurioux, Eliana Magnani, Giuliano Milani, Laurence Moulinier Brogi, Jean-Claude Mühlethaler, Carlos Manuel Reglero de la Fuente, Nicolas Schroeder, Hanno Wijsman.

empty