Karen Haddad

  • Le dernier voyage de Salomon Martcher

    Karen Haddad

    • Arlea
    • 6 Janvier 2022

    Que devient un amour lorsqu'il ne trouve pas de lieu où se poser, se reposer?? Peut-il durer, sans attaches, sans cette stabilité qui finit par le fortifier. C'est la question que pose Karen Haddad dans ce beau roman. Marianne et Salomon s'aiment. D'un amour violent, qui bouscule tout sur son passage. Lorsqu'ils se rencontrent, c'est une évidence. Commence alors le début d'une histoire, de leur histoire, faite de rendez-vous romanesques, d'itinéraires secrets, de lieux éphémères. Tout est prétexte à retrouvailles : les gares, les aéroports, les villes étrangères, les hôtels accueillants. Ils courent toujours l'un vers l'autre, s'envoient des milliers de messages, se téléphonent. Les liens qui les attachent restent dans cet espace de liberté apparente où tout est léger, extraordinaire. Mais bientôt l'exaltation des débuts laisse la place au manque et à une certaine frustration. Ils sont faits l'un pour l'autre mais sont-ils l'un avec l'autre?? L'absence de choix, car il s'agit bien de cela, les alourdit, entrave leurs élans. Ils ont tous les deux des raisons de ne pas franchir le pas. Leurs parcours, le poids du passé, la peur de fixer un amour qui n'existe que dans l'illégitimité, toutes ces explications rationnelles nous sont données, comme pour tenter de comprendre l'énigme de Marianne et Salomon.

  • Les illusions perdues de ces héros de théâtre sont aussi, en filigrane, celles de poètes dramaturges et visionnaires, inventeurs de formes nouvelles qui ne sont pas encore reconnues : théâtre " invisible ", " spectacle dans un fauteuil ", dramaturgie du rêve et du fantasme sont aussi les moyens de lutter contre la tyrannie d'un monde " trop vieux ", prisonnier d'une esthétique et d'une dramaturgie figées.
    La scène romantique est bien le lieu d'un affrontement entre le héros et l'histoire : mais de celle-ci, seuls des échos assourdis ou déformés nous parviennent, images sanglantes d'un conflit qui échappe à une époque ou à un lieu précis, pour devenir une lutte symbolique à laquelle chaque spectateur est invité à participer.

  • Dictionnaire mondial des litteratures

    ,

    • Larousse
    • 21 Novembre 2002

    Ce dictionnaire de plus de 10000 articles permet de découvrir et de comprendre les littératures de tous les pays du monde.

  • les poétiques de l'amour étudiées dans ce recueil semblent traversées, d'une époque à l'autre et d'un poème à l'autre, par la question de la trace, de l'empreinte, de l'esquisse. dessin presque évanoui de ce qui fut peut-être un amour avant d'être de la poésie. ou tout autant, invention de ce qui aurait pu être un amour, de celle (celui) qu'on eût aimé(e). pourtant ces poètes qui, tous, rencontrent, sinon la mort, du moins sa menace, son double, la trahison, l'éloignement, ne se veulent pas seulement poètes de la déploration. il semble qu'ils soient, de ce fait même, inventeurs d'une histoire à travers un ordre précaire. la quête amoureuse est donc aussi celle d'une forme nouvelle, d'une poésie en rupture avec celle qui avait cours, d'un modèle qu'il faut parfois renouveler, quitte, parfois, à prétendre imiter... l'orient par exemple.
    car l'invention, chez ces poètes, comme le montrent savamment les contributeurs de ce recueil, ne va jamais sans la trace de ce qui s'écrivit avant, dans ces textes qui sont autant de réécritures d'autres textes. la blessure, si elle existe, se dit aussi en cherchant sa voix à travers d'autres voix. ainsi, construire l'être aimé dans la juxtaposition de figures et de pièces éparses n'est pas cesser d'être un « poète de l'amour », c'est bien chercher à saisir la silhouette du vers idéal.
    denise blondeau, agrégée de l'université, docteur d'état, est professeur de littérature allemande à l'université de reims. spécialiste de goethe, elle est l'auteur de nombreuses publications sur goethe et le xviiie siècle.
    élisabeth gavoille, maître de conférences en langue et littérature latines à l'université de tours, co-éditrice de colloques sur l'épistolaire antique, a publié ars, étude sémantique de plaute à cicéron (peeters, 2000). ses travaux portent principalement sur les notions d'art et de ruse à rome.
    claude jamain enseigne la littérature comparée à l'université d'angers. il a publié l'imaginaire de la musique au siècle des lumières (champion), idée de la voix. études sur le lyrisme occidental (pu de rennes) et des traductions d'italien et d'allemand. il prépare un ouvrage sur l'esthétique de la grâce.
    frank la brasca, professeur de littérature italienne du moyen âge et de la renaissance à l'université de tours, spécialiste de l'humanisme italien et néo-latin, collabore à l'édition bilingue des oeuvres complètes de pétrarque aux belles lettres.
    karen haddad-wotling, professeur de littérature comparée à l'université d'angers, a coordonné l'ensemble de cet ouvrage.

    ovide, les amours. discours amoureux et parole poétique dans les amours d'ovide. pétrarque, canzoniere. la mémoire des textes : considérations sur la poétique de pétrarque et sur l'usage d' ovide dans le chansonnier. shakespeare, sonnets (tragicomédies ii). shakespeare et les illusions de l'âme. goethe, le divan. le divan occidental-oriental de goethe : des fragments d'un discours amoureux à l'entretien infini.

  • L'enfant qui a failli se taire ; essai sur l'écriture autobiographique

    Karen Haddad-Wotling

    • Honore champion
    • 3 Décembre 2004
empty