Roger Vailland

  • La loi

    Roger Vailland

    • Folio
    • 31 Mai 1972

    En observant les habitants d'une région du sud de l'italie, roger vailland analyse les différentes classes qui composent une société, leurs querelles intestines, leurs interconnexions et leurs rivalités.
    Ses personnages, du plus riche au plus pauvre, du plus influent au plus opprimé, mènent un combat incessant pour gravir les échelons du pouvoir, pour assouvir leurs perversions ou pour survivre.
    Ce roman " sociologique " a obtenu le prix goncourt en 1957 et a donné lieu à un grand film de jules dassin, avec gina lollobrigida, mélina mercouri, wes montand, marcello mastroianni.

    En stock

    Ajouter au panier
  • 325000 francs

    Roger Vailland

    • Librairie generale francaise
    • 1 Janvier 1967

       Roger Vailland 325 000 francs 325 000 francs, c'est la somme que doit se procurer Bernard Busard pour obtenir la gérance d'un snack-bar et ainsi pouvoir épouser la jeune fille qu'il aime, Marie-Jeanne, qui refuse de se marier tant que la situation de Bernard sera aussi modeste.
    Il va s'atteler, avec un jeune paysan, à l'une des presses à injecter de l'usine d'une petite ville jurassienne pour fabriquer sans discontinuer, pendant six mois, des objets en plastique.
    Esclave d'un travail inhumain, Bernard sera-t-il assez fort pour tenir jusqu'au bout la cadence obsédante et épuisante qui rythme ses nuits et ses jours ?

  • Drole de jeu

    Roger Vailland

    • Libretto
    • 5 Novembre 2009

    " Car enfin, vous jouez, lui dit-elle...poser des bombes au clair de lune, faire dérailler un train, est évidemment un jeu passionnant. (...) Vous devez jouer à faire jouer les autres... drôle de jeu. " Publié aux éditions Corréa à la Libération, couronné par le prix Interallié en 1945, Drôle de jeu, qui retrace la vie quotidienne d'un résistant en 1944, n'est pourtant pas, ainsi que l'affirme Vailland lui-même, un livre sur la Résistance, ni un roman historique, mais " une fiction, une création de l'imagination ".
    Le roman, découpé en cinq journées au cours desquelles le narrateur, Marat, se partage entre les réflexions sur l'avant-guerre, l'illusion communiste, son jeu stendhalien de séducteur, et l'engagement au quotidien - le sabotage d'un train, la trahison - est essentiellement une interrogation sur la valeur de l'engagement, et la notion de résistance.

    En stock

    Ajouter au panier
  • Roger Vailland, romancier dandy, résistant esthète, aurait cent ans cette année. La republication des écrits de combat de ce témoin majeur des conflits intellectuels et politiques du XXe siècle était devenue une urgence. D'autant plus que le surréalisme est sans doute le mouvement littéraire le plus complexe du XXe français, puisqu'y seront passés tant de jeunes écrivains, y compris Vailland.
    Publié au lendemain de la Libération, "Le Surréalisme contre la Révolution" se présente comme un pamphlet contre André Breton, mais il témoigne aussi du parcours individuel de l'auteur, passé de l'hermétisme du Grand jeu à l'athéisme le plus militant. Ainsi, plus qu'un réquisitoire, ce texte est aussi un plaidoyer pour le rationalisme, dans la tradition des Lumières.

  • La Réunion

    Roger Vailland

    • Editions du sonneur
    • 18 Septembre 2013

    Roger Vailland, Žternel voyageur, se rend ˆ la RŽunion en 1958. Comme lors de son sŽjour en IndonŽsie en 1950, lÕŽcrivain se fait une nouvelle fois grand reporter. LÕhistoire de lÕ»le, sa population mŽtissŽe, son organisation sociale, sa faune et sa flore, ses paysagesÉ rien ne lui Žchappe, pour donner naissance ˆ ce Ç rŽcit dÕun voyage dŽtendu È, comme il le dŽfinira lui-mme.

  • La truite

    Roger Vailland

    • Folio
    • 30 Août 2001

    «C'est par son rire enfantin que Frédérique fit son entrée dans notre vie à tous, un soir de juin 1960, au bowling du Point-du-Jour.» Il y avait là Rambert et Lou sa vieille épouse, Saint-Genis et Mariline sa maîtresse, une bande d'amis, riches et puissants, liés les uns aux autres par des intérêts d'affaires et toutes sortes de complicités. Et l'auteur, immédiatement fasciné par Frédérique.
    Ce soir-là, elle «arnaque» les joueurs du bowling. Comme une truite, elle glisse entre les doigts. Elle accompagnera Saint-Genis jusqu'en Californie, mais lui échappera, promet à Rambert de vivre avec lui, mais s'enfuit et provoque sa chute.
    L'auteur essaie de comprendre, interroge Rambert, Saint-Genis. À l'âge de quatorze ans, Frédérique avait fondé une société secrète, aux rites aussi étranges que ceux des clans primitifs. Avec les années, seule Frédérique est restée fidèle au serment de sa jeunesse. Cela suffit-il à expliquer son pouvoir?
    L'auteur peu à peu découvre Frédérique dans toute sa singularité, tandis que le roman continue à se vivre sous ses yeux.

    En stock

    Ajouter au panier
  • Beau masque

    Roger Vailland

    • Gallimard
    • 1 Février 1991

    TAu printemps 195., au retour d'une longue croisicre qui m'avait mené, au del´r de Java et Bali, dans les archipels qui unissent les extrémités méridionales de l'Asie au continent australien, je m'étais installé, pour écrire le récit de mon voyage, dans un village de montagne, entre Savoie et Jura. La Grange-aux-Vents. Je me crus davantage ´r l'écart du monde et des batailles qui s'y livrent, que dans les îlots de l'océan Indien, d'ou je revenais. Rien ne pouvait me faire pressentir le drame qui était en train de se nouer dans une vallée toute proche, qui devait éclater six mois plus tard, dont les échos allaient retentir dans le monde entier et ´r la Grange-aux-Vents, et qui fait l'objet de ce récit.t.

  • Boroboudour ; voyage à Bali, Java et autres îles

    Roger Vailland

    • Editions du sonneur
    • 1 Octobre 2008

    Romancier, Roger Vailland était également grand reporter, tirant de ses voyages des récits pleins d'éclat, d'intelligence et de clarté de vue. En 1950, il part pour l'Indonésie, un an après la reconnaissance par les Pays-Bas de l'indépendance de leur ancienne colonie. De Java à Bali en passant par Sumatra, l'écrivain voyageur brosse le portrait saisissant d'une jeune nation et de ses habitants à travers leur passé et leur avenir.
    « La fraîcheur de vue, la chaleur de coeur, la vivacité de l'intelligence qu'on y ajoute ce grain de sage folie et d'enfance préservée qui est le sel de l'esprit, voilà le léger bagage du voyageur Vailland. Que faut-il d'autre pour prendre la route et se laisser séduire à la suivre ? », écrivait Claude Roy à propos de cet ouvrage.

  • Les mauvais coups

    Roger Vailland

    • Grasset et fasquelle
    • 16 Février 2011

    Retranchés dans une maison du Jura, Milan, décorateur parisien, et sa femme Robert, jadis si libertins, si souverains, se haïssent de s'être trop aimés. Leurs excès les ont enchaïnes. Entre l'alcool et les visites d'Hélène, la jeune institutrice du village, les jours s'égouttent comme du poison. Roberte cherche à pervertir Hélène ; Hélène va aimer Milan : Milan ne veut plus aimer. Il a tué la passion en lui et veut renaître, seul et grand. Ce roman, l'auteur le voulait "cruel, horrible et plein de foi quand même dans le bonheur"...

  • Le saint-empire

    Roger Vailland

    • Aden belgique
    • 22 Novembre 2012
  • éloge du cardinal de Bernis

    Roger Vailland

    • Grasset et fasquelle
    • 3 Février 1988

    François Joachim de Pierre de Bernis (1715-1794) fut un intellectuel précipité sur la scène du pouvoir. Vailland trame autour de ce destin fastueux les questions de l'homme d'esprit tenté par l'action. Il songe aussi à Lawrence, Malraux ou Chateaubriand. Un Eloge, de 1956, fort peu académique.

  • La fete

    Roger Vailland

    • Folio
    • 30 Août 2001

    Nouvelle édition en 2001

  • Les liaisons dangereuses

    Roger Vailland

    • Grasset et fasquelle
    • 22 Avril 2015

    Publié en 1953, Laclos par lui-même est un essai littéraire comme Vailland savait si bien les faire (Eloge du cardinal de Bernis, Cahiers rouges). En relevant les points communs qui existent entre l'auteur des Liaisons dangereuses et certains de ses personnages, en soulignant les correspondances entre sa vie et son oeuvre, Roger Vailland mêle anecdotes et rêveries, fantasme et réalité. La présidente de Tourvel ? la femme parfaite. Mme de Merteuil ? une caricature de la férocité féminine. Valmont ? l'alter ego littéraire du romancier.
    Ce livre est aussi l'occasion de rappeler que, pendant la Révolution française, Laclos a été un des plus brillants orateurs du club des Jacobins, le responsable de l'intendance des armées pour la bataille de Valmy, et été emprisonné en raison de son amitié avec la famille d'Orléans.
    Voici Laclos raconté par son plus grand admirateur, voici Laclos face aux miroirs de la littérature et de l'histoire, voici Laclos moqueur, insolent, libre et insoumis.

  • éloge de la politique

    Roger Vailland

    • Le temps des cerises
    • 15 Mars 2012

    Découvrez Eloge de la politique, le livre de Roger Vailland. " Se conduire en politique, c'est agir au lieu d'être agi, c'est faire la politique au lieu d'être fait, refait par elle. C'est mener un combat, une série de combats, faire une guerre, sa propre guerre avec des buts de la guerre, des perspectives proches et lointaines, une stratégie, une tactique. "

  • Comment travaille Pierre Soulages

    Roger Vailland

    • Le temps des cerises
    • 5 Octobre 2012

    27 mars 1961 : Roger Vailland passe l'aprèsmidi avec Pierre Soulages dans son atelier. Il le regarde peindre, commencer et finir une toile, et note chaque étape de la création.
    Le lecteur voit Soulages préparer sa toile, ses couleurs, entend ses remarques, découvre sa pensée, suit son mouvement.
    Le texte est suivi d'un article de Vailland paru en 1962 dans Le Nouveau Clarté, mensuel des étudiants communistes, répondant à la question posée par ce même journal quelques mois auparavant : « Pour ou contre Pierre Soulages, peintre abstrait ? Participe-t-il à notre époque ou se réfugie-t-il dans les hautes sphères spéculatives ? Peinture d'initiés ou aventure poétique ? Le Nouveau Clarté engage son procès...
    » Vailland répond : « Impossible de faire un procès à Soulages. Un procès implique référence à un code et, en matière d'art, à des règles.
    La peinture vient seulement de renoncer à décrire et à raconter. » « La peinture qui ne représente rien, qui présente ou se présente tout simplement, est un art tout nouveau : il n'a pas encore de règles. Soulages est parmi ceux qui s'efforcent, en tâtonnant, de découvrir les règles de ce que sera la peinture. » Le volume est préfacé par Alfred Pacquement, directeur du Centre Pompidou. Trois textes, trois prismes par lesquels appréhender la modernité et la force de Soulages.
    Une exposition présentant les oeuvres les plus récentes de l'artiste et intitulée Soulages, XXIe siècle aura lieu au musée des Beaux-Arts de Lyon du 12 octobre 2012 au 28 janvier 2013.

  • Laclos

    Roger Vailland

    • Points
    • 1 Décembre 1953
  • De l'amateur ; thèses sans conséquence

    Roger Vailland

    • Le temps des cerises
    • 1 Novembre 2001
  • Bon pied bon oeil

    Roger Vailland

    • Grasset et fasquelle
    • 16 Mars 1994

    La guerre est finie. Lamballe, ancien chef d'un réseau de résistance gaulliste, et Rodrigue, son second dans la clandestinité, se retrouvent. Le premier élève des taureaux dans l'Aubrac, le second milite chez les communistes en banlieue. Entre eux, comme toujours chez Vailland, il y a une femme, qui voulant sauver l'un se perdra avec l'autre.

  • Quelques reflexions sur la singularite d'etre francais

    Roger Vailland

    • Le temps des cerises
    • 15 Mars 2012

    Découvrez Quelques réflexions sur la singularité d'être français, le livre de Roger Vailland. "La faculté d'irrespect est typiquement française. Une leçon d'irrespect: voilà le don qu'on se croit toujours le droit d'attendre d'un Français". Le lecteur trouvera dans ces notes quelques traits d'époque que les circonstances expliquent suffisamment, et parfois des partis pris qui pourront paraître cavaliers. Mais c'est la loi du genre. Surtout, il devrait être frappé et séduit par la vivacité d'un style et l'intelligence d'une pensée qui ne ronronnent pas et ne s'accommodent pas des idées convenues.

  • Ecrits intimes

    Roger Vailland

    • Gallimard
    • 10 Janvier 1969

    Voici Vailland, vu de l'intérieur, à chacune des saisons qui ont composé sa vie. Un adolescent «frêle et doux, assez timide» s'exerce à la poésie et bientôt à la drogue. Quelques années passent:il est directeur d'une revue parasurréaliste. Puis vient le temps de l'amour fou, puis le temps de l'ennui, puis la Résistance, et voici Drôle de jeu. Vailland devenu Marat, figure fascinante:l'engagé qui a le sens du dérisoire de l'engagement. Quand, renonçant à sa «distance», il troque son regard froid du vrai libertin pour le regard froid du vrai bolchevik, il gardera son ton d'aristocrate et son goût des plaisirs. Et puis vient la saison de la tragédie:ce voyage à Moscou où Vailland apprendra la vérité sur les crimes de Staline, et au retour le petit cahier d'écolier, «on se croit à l'extrême pointe de son temps et l'on réalise soudain que l'histoire est entrée dans une nouvelle phase, sans qu'on s'en soit aperçu». Mais brusquement la réflexion tourne court. À la soixantième page Vailland écrit en grosses capitales:«Ça ne m'intéresse plus.» Le Vailland communiste est mort, comme mourra Don Cesare dans La loi. La trempe est terminée, la souveraineté conquise. Il est désormais lui-même pour lui-même, sans confesseur, ni parents, ni maîtres, ni parti. C'est le temps des fêtes et de la lucidité - mais l'on sent l'allégresse bien près de se muer en angoisse. Une vie va s'achever, courte et intense, qui n'aura guère connu de temps morts. Il souhaitait mourir les armes à la main. Il est mort dans son lit, d'une maladie rongeuse. Au moins s'est-il donné la satisfaction de mourir en défiant Dieu, comme un vrai libertin. Le psychanalyste ne manquera pas de déceler dans les rêves et les rêveries consignés dans les Écrits intimes le retour obsessif d'un ballet de figures étranges:la femme-mère inaccessible, la femme phallique castratrice, l'homme dévirilisé - tout un monde fantasmatique hérité de la petite enfance, qui aura pesé sur Vailland à travers ses saisons successives, et qui nous donne peut-être des clés pour son oeuvre.

  • Un jeune homme seul - (*)

    Roger Vailland

    • Grasset et fasquelle
    • 21 Janvier 2004

    Eugène-Marie, double évident de l'auteur, crève d'ennui dans son milieu petit-bourgeois rémois. Vingt ans plus tard, il est chef de dépôt d'une gare de la zone Sud, sauvé du désespoir et de l'alcool par son engagement dans la Résistance communiste.

empty