Spicer Jack

  • Le manifeste unverti et autres papiers d'Oliver Charming date des années 1955-56, soit au tout début de la carrière littéraire de Spicer. L'auteur reprend pour le parodier un procédé littéraire bien connu : écrire sous l'identité d'un auteur soi-disant disparu en feignant d'éditer ses manuscrits retrouvés. Ainsi que l'écrit le traducteur, Éric Suchère, dans la postface qui accompagne sa traduction : Le Manifeste inverti et les Papiers d'Oliver Charming sont, à la fois, des documents captivants pour qui s'intéresse à l'auteur, mais également des textes condensant tout l'esprit de la « San Francisco Renaissance » et que l'on retrouvera distillée dans tous ses livres suivants. »

  • Elégies imaginaires propose rien moins que toute la poésie de Jack Spicer, pour la première fois. Non seulement une reprise dans une traduction revue et corrigée de ses livres épuisés (dont le fameux Billy the kid), mais aussi un très vaste ensemble d'inédits (plus d'un tiers du volume), composé de poèmes surprenants de vivacité et d'imprévisibilité.
    Livre définitif de ce poète américain majeur donc, enfin intégralement disponible en langue française.
    La parution, aux Etats-Unis, en 2008, des poésies complètes de Jack Spicer (édition préparée par Peter Gizzi), fut un événement.
    Non seulement parce que l'on y trouvait énormément d'inédits, mais aussi parce que ceux-ci étaient contextualisés et présentés dans un ordre chronologique qui permettait de saisir l'élaboration de la poétique de Spicer. C'est l'intégralité de ce livre qui est traduite ici, augmentée de la quatrième conférence de Spicer (sur la poésie et la politique), demeurée inédite en français. Certains des livres qui composent ces oeuvres complètes avaient été publiés au Bleu du ciel mais la traduction en a été revue et corrigée. Outre tous les inédits on y retrouve les livres majeurs que sont : D'après Lorca, dans lequel Spicer mélange ses propres poèmes avec des lettres imaginaires adressées à l'écrivain espagnol et des traductions libres des poèmes de ce dernier ; le fameux Billy the Kid, merveilleux poème d'amour qui fut adapté par le groupe Kat Onoma ; Les Hauteurs de la ville jusqu'à l'éther, triptyque composé de poèmes elliptiques commentées par l'auteur, d'une fausse vie d'Arthur Rimbaud et d'un manuel de poésie ; Saint Graal, réécriture déjantée et condensée du Livre du Graal ; Langage, séries de poèmes déroulant des liens absurdes entre la linguistique et le poétique ; et enfin Recueil de poèmes pour des magazines, livre montrant toute l'étendue du registre de Spicer, puisque chaque section a été composée pour correspondre à une revue spécifique (de politique, de sport, de jazz...) Un appareillage critique permet de contextualiser cette traduction. Outre de nombreuses notes, le traducteur a inclus un index donnant quelques indications sur les noms propres et les termes peu familiers aux lecteurs français, une chronologie et une bibliographie.

empty