• Campagne

    Matthieu Falcone

    « Quoi que l'on fasse, de quelque partie que l'on vienne, le village se cache, ne se montre pas de loin. C'est un village tout plié sur lui-même, en boule la tête dans le cul, comme un chat endormi. Au milieu coule une rivière. C'est-à-dire qu'elle était au milieu, avant qu'il soit désaxé, le village, étendu vers le sud pour les nouvelles constructions. Ici, au village, on en trouve comme cela, qui disent à présent qu'il faut sauver la Terre. Sauver la Terre, je veux bien moi, mais qui nous sauvera, nous ? ».
    De jeunes citadins, pétris de certitudes, se sont installés dans un village de la France profonde afin d'y organiser une « grande fête participative ». Entre eux et les paysans, le choc est inévitable, le drame annoncé.
    Roman féroce et plein d'humanité sur le nouveau monde rural que s'approprient les urbains, modifiant ses règles et bouleversant ses coutumes ancestrales, Campagne est une réflexion profonde sur le désarroi des hommes et la puissance de la nature. On retrouve le style grinçant et la langue de Matthieu Falcone, l'auteur d'Un bon Samaritain.

  • «Voulez-vous que je vous dise, Saintonge, c'est l'homme même : la liberté avec les chaînes, le courage et la couardise, l'orgueil et l'humilité, l'outrance et la profondeur ; c'est l'intransigeance et la charité. C'est tout cela ensemble et ce qui me le rend haïssable parfois, tout en même temps qu'aimable.» Ainsi nous est racontée par un ami «l'affaire Saintonge», celle qui verra la chute d'un professeur d'université qui accueillit, comme il l'entendait, trois migrants dans son salon.
    Dans ce roman grinçant et sensible, Matthieu Falcone entraîne Pierre Saintonge, Yaya, Jaffar et Aman du Paris bourgeois-bohème au Périgord en passant par les facs bloquées et les cités-dortoirs, avec pour seul horizon la décence ordinaire.

empty